Cameroun: Le livre de Jean-Bruno Tagne, fait réagir cet analyste politique.

Accordé avec fraude.

Politique
Typography

Le livre du Journaliste camerounais Jean-Bruno Tagne fait déjà coulé beaucoup d’encre et de salives, parmi ces réactions celle d’un jeune analyste politique qui donne son point de vue sur la situation politique du Cameroun en s’inspirant du livre de l’Ex directeur de la télévision Canal 2 Internationale

une bannière de plus
À mon estimable aîné Jean Bruno TAGNE


Jean Bruno TAGNE "Accordé avec fraude : de Ahidjo à Biya, comment sortir du cycle des élections contestées ?" Ce qui fait problème au Cameroun, cher aîné, c'est qu'on note une insuffisance criarde, disons même, un manque de véritables Hommes politiques et d'Homme d'État. Et quand bien même émerge un Homme politique ou un Homme d'État, il est très vite rattrapé par les subterfuges de "l'État stationnaire". Ainsi, on tribalise le débat, on manipule les sensibilités des populations, on détourne leur attention avec des banalités, on met ledit Homme politique sous la défensive. Et ce dernier, se laissant aller au jeu du "gouvernement perpétuel" parce que entouré généralement des "incompétents politiques", des "prostitués politiques", des "espions et infiltrés politiques", des "traîtres politiques" (parti attrape tout ou parti Hysacam) se replie à la recherche du soutien international. En le faisant, il donne la kalachnikov à son adversaire et c'est au "gouvernement perpétuel" de l'abattre. Alors là "l'État sorcier" nous rappelle, mes frères et moi, comment ce dernier complote avec l'ennemi pour "déstabiliser" le pays ; oubliant volontairement de nous rappeler que sa perpétuation au pouvoir s'est construite, en grande partie grâce au même soutien international que recherche désespérément l'autre ou les autres.

Jean Bruno Tagne
Cher bien-aimée grand frère JBT, notre problème, le problème de notre adorable pays, c'est le manque d'Hommes politiques et d'Hommes d'État. C'est l'insuffisance criarde d'Hommes de valeurs, charismatiques avec des idées et des idéaux qu'ils défendent et promeuvent. Je n'ai pas de problème avec les nominations au sein des institutions indépendantes du pays comme le Conseil constitutionnel ou ELECAM car bien que nommé, un Homme d'État reste un Homme d'État. Un Homme d'État même nommé ministre, Directeur Général etc...., reste un Homme d'État, un Homme au service des populations, un Homme qui a des croyances, des valeurs et une vision globale de la société. Il ne danse pas le Bikutsi et organise les fêtes lorsqu'il est nommé. Il ne panique pas devant celui qui l'a nommé et ne le caresse non plus dans le sens du poil. Il ne remercie pas éternellement celui qui l'a nommé, car sa nomination, ne tenant pas de la complaisance ou du favoritisme, mais plutôt de sa capacité d'Homme d'État.


Maintenant si chez nous Homme d'État ou Homme politique suppose être une "création" ou une "créature"; si Homme d'État renvoie à la recherche du "ma partisme", du manger et boire pour lui et sa famille, à la recherche effrénée du poste de "ministron" ; si Homme d'État, c'est être Homme politique au sens camerounais du terme ; si Homme politique, c'est surfer sur le levier international plutôt que sur le soutien du peuple, alors cher Jean Bruno TAGNE, j'ai peur que nous ne sortions pas, mieux, jamais des élections contestées dans ce pays. Pour être bref je pense que, l'Afrique a besoin des Hommes forts aux côtés des institutions fortes pour voir la lumière du jour mais comme cette Afrique est mal partie depuis le néocolonialisme, le changement ne viendra pas toujours des urnes mais du printemps, de quel que nom qu'il s'appelle. PAUVRE DE L'AFRIQUE ! PAUVRE DE CHEZ NOUS ! PAUVRE DES "EN BAS D'EN BAS ! PAUVRE DES PAUVRES!


Sortirons-nous un jour au Cameroun des élections contestées ? Je crois cher aîné JBT (Jean Bruno Tagne) que voilà mon point de vue sur cette problématique pertinente que vous soulevez. Et je termine en disant, s'il y'a une chose qu'il faut retenir de l'historicité de la politique au Cameroun, c'est "dieu le père", il est fort, je ne sais de quoi il se nourrit mais une chose est certaine, c'est que quand il partira de ces bas-lieux, il pourra au moins se réjouir d'avoir contrôlé autant d'énergies et pas les moindres, les brillants !

Séverin Hyacinthe BATSOCK!