Cameroun: La pandémie de COVID-19 la preuve d'une mondialisation mal envisagée?

Source: PressTv

causes
Typography

La maladie à corona-virus ou Covid-19 se diffuse progressivement sur la planète, l’Afrique et le Cameroun se sont-ils préparés à la gestion d’un tel cataclysme ?

Le monde actuel est secoué par différentes crises de divers ordres. Les événements récents en rapport avec la pandémie générée par le Coronavirus nous montre à suffisance qu'aucun pays fut il développé ou non n'est à l'abri de ce phénomène qui selon toute vraisemblance trouve son origine au cœur même des actions stratégiques des Etats. Comment comprendre en effet, que certaines lectures (cf "Eyes of Darkness") avaient déjà prévue à l'avance l'avènement d'une pandémie mondiale ?

une bannière de plus

Les conséquences des manifestations de ce virus sont claires, la remise en question de la mondialisation. La propagation du virus a été accéléré par les déplacements des individus à travers la planète. Le monde étant devenu un village planétaire par le biais des progrès technologiques, du déplacement et par les différentes facilitations diplomatiques au sujet de l'autonomie des déplacements comme dans l'espace Schengen en Europe, il est clair que la mondialisation a joué un grand rôle dans la propagation du COVID-19.

L'interrogation que nous africains sommes en droit de nous poser est la suivante : Quel avantages politiques stratégiques et économiques les pays africains doivent tirer de la situation actuelle ? Puisqu’organiquement le COVID-19 est incapable de se mouvoir tel qu'il l'a fait en Occident et ce à cause de notre renommée chaleur. Pourquoi les Etats africains et leurs dirigeants politiques ne prennent que des mesures uniquement calquées sur celle de l'Occident ?

Il y a là clairement un manque de projection politico stratégique de la part des dirigeants africains dans la gestion de cette pandémie. Ceux-ci ne font que suivre les mesures prises en occident en essayant de les adapter tant bien que mal au Cameroun. Absence d’exploration de nouvelles pistes pour soigner la maladie à l’africaine, qui est une conséquence de l’absence de projection stratégique face à une pandémie qui pourrait devenir une réelle catastrophe si elle se répandait sur le territoire camerounais.

Yoan NKONO.