Cameroun: Belka Tobi prévient Longue Longue du danger qui le guette.

Culture
Typography

Dans une chanson de circonstance, le musicien camerounais invite son compatriote à laisser la politique. Ce d’autant plus qu’il n’aurait pas de conseiller et que sa vie serait en danger.

Le grand frère BELKA TOBI a choisi de parler à LONGUE LONGUE dans le langage qu’il comprendrait le mieux : la musique. Guitare à la main, l’artiste poétique sort de son chapeau quelques vers qui croit-il, pourront ramener son frère LONGUE LONGUE à une certaine prise de conscience. Une prise de conscience qui semble urgente.

une bannière de plus

Considérant la brutalité dans le ton de la dernière sortie musicale du père de « Ayo Africa », il est à craindre qu’il soit à nouveau inquiété par ceux qui hier ont failli porter atteinte à son intégrité physique. Pour inviter son confrère à épouser une meilleure attitude, BELKA TOBI chante : « LONGUE LONGUE laisse la politique, LONGUE LONGUE accepte les critiques. Laisse la politique, ça tue comme les moustiques. Accepte d’être dans le puits comme moi, je suis le conseiller mal aimé ».

nnonc

LONGUE LONGUE n’est pas le premier à dire qu’il y a des vieux au sein du gouvernement camerounais. Il n’est pas le premier à dénoncer la mal gouvernance des responsables qui conduisent les affaires publiques de l’Etat. L’essentiel des dénonciations que l’artiste présente dans sa dernière production, népotisme, despotisme, clanisme, corruption, détournement ne sont pas nouveaux.

Mais pourquoi cela fait-il autant jazzer quand c’est LONGUE LONGUE qui en parle ?                                                                                  LIRE LA SUITE SUR AGENCE CAMEROUN PRESSE