Cameroun : ce 08 mars 2017, NON a la dépravation, OUI à la reflexion, à l'innovation et à l'évolution

dossier spécial
Typography

La prochaine édition de la journée internationale de la femme se rapproche à grand pas. Et avec elle, se rapprochent aussi toutes les déviances observées au cours de cette période.

En effet les femmes sont passées maîtresses dans l’art de transformer  cette journée en un moment de beuveries et de laisser aller à nul autre pareil. Pourtant la journée internationale de la femme tire ses origines du désir profond des femmes du monde entier à voir leurs droits  être respectés.

journe de la femme

L’origine de cette journée s’ancre dans les luttes ouvrières et les nombreuses manifestations de femmes réclamant le droit de vote, de meilleures conditions de travail et l’égalité entre les hommes et les femmes, qui agitèrent l’Europe, au début du XXe siècle. La création d’une Journée internationale des femmes est proposée pour la première fois en 1910 lors de la conférence internationale des femmes socialistes. Mais ce n’est qu’avec la grève des ouvrières de Saint Petersburg, que la tradition du 8 mars se met en place. Après 1945, la Journée internationale des femmes devient une tradition dans le monde entier.

En Afrique, plus que partout ailleurs, les femmes  connaissent des problèmes de développement et de non-respect de leurs droits. Elles rencontrent des difficultés à se développer etc. Les thématiques ne manquent pas dans le continent. Par exemple au Cameroun :

-         L’amélioration de la représentation des femmes au parlement et au sénat (Sur les 30 sénateurs nommés par le président, trois sont des femmes, tandis que 17 autres figurent parmi les 70 qui ont été élus le 14 avril 2013.soit un pourcentage de30 %). 

-         La discrimination dont souffrent les femmes et les filles dans la société camerounaise. La tradition occupe une grande place dans le continent africain et au Cameroun en particulier. Les femmes sont souvent reléguées au dernier plan. Par exemple, les filles du grand Nord sont moins éduquées par rapport aux garçons; d'après la tradition, les filles n’ont pas besoin d’une éducation parce qu’elles devraient rester à la maison pour faire le ménage. Pour commencer leurs propres familles et pour assumer leurs rôles dans la société, les jeunes filles sont mariées entre l’âge de 12 et 15

-         Les problèmes d’emploi et « des promotions canapés », des « notes sexuellement transmissibles » pour les travailleuses et les etudiantes

-         La violence conjugale, l’inceste, les mutilations par excision, les crimes rituels où des femmes ont perdu la vie après avoir perdu leurs organes génitaux.

-              L’implication des femmes dans le développement des villes etc.

Voilà quelques sujets qui devraient attirer l’attention des femmes. C’est le jour où les tables rondes devraient être multipliées pour permettre aux femmes de réfléchir à leurs conditions et d’élaborer des ébauches de solutions pour améliorer leur statut. Mais malheureusement les femmes sont plus enclines à « soulever les kabas », à s’asseoir dans des débits de boissons et à flirter avec des inconnus pour ne rentrer que le lendemain saoule et indignées pour certaines.

Un appel est lancé à l’endroit de nos mères, nos sœurs nos épouses afin qu’elles vivent cette journée plus dans la réflexion et de la retenue.

                                                                                                                 MERGEM