Cameroun: Paul ATANGA NJI interdit la vente d’armes dans six régions

News
Typography

 Face au phénomène de l’insécurité grandissante, le ministre de l’Administration Territoriale a pris mercredi 4 avril 2018, une mesure destinée à juguler le phénomène et à renforcer la sécurité des biens et des personnes. Ci-après le texte intégral du communiqué de presse du ministre de l’Administration territoriale.

Paul Atanga Nji 800x445

«Le ministre de l’Administration territoriale, Secrétaire permanent du Conseil national de Sécurité, porte à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale, que la prolifération et la circulation illicite des armes à feu de tous calibres et de leurs munitions ont, depuis quelque temps, atteint des proportions  préoccupantes et représentent une réelle menace à l’ordre public.

A cet égard, il tient à rappeler qu’aux termes de la loi n°2016/015 du 14 décembre 2016 portant régime général des armes et munitions au Cameroun, l’acquisition, la détention ou le port d’armes de chasse et de défense, ainsi que de leurs munitions, sont des opérations distinctes, soumises chacune à l’autorisation préalable du ministre chargé de l’Administration du territoire.

Le ministre remarque cependant que plusieurs personnes détiennent des armes à feu, modernes ou de fabrication artisanale, sans la moindre autorisation correspondante. A ce jour, le nombre d’armes à feu en circulation est largement supérieur à celui des autorisations dûment accordées par les autorités compétentes.

Cette situation est davantage aggravée par le fait que, contrairement à ce que prescrit la loi, les responsables des différentes armureries ne tiennent  pas toujours, de manière systématique, des fichiers numériques et  physiques  devant permettre de retracer toutes les opérations qu’ils ont  effectuées. Bien plus, ce manquement de la part des responsables des armureries ne permet pas à l’Administration de disposer, en temps réel, d’informations utiles et fiables sur les dates d’entrée et de sortie des armes et munitions vendues ou achetées par ces derniers, les caractéristiques desdites armes et munitions, les quantités stockées et vendues, ainsi que sur l’identification , le domicile ou la résidence des différents clients.

Aussi, pour faire face à cette situation préoccupante qui constitue une vraie menace à l’ordre public, le ministre de l’Administration territoriale a prescrit  aux gouverneurs de région les mesures ci-après :

- l’interdiction, jusqu’à nouvel ordre, de la vente des armes de chasse et de protection ainsi que de leurs munitions dans les régions de l’Adamaoua, du Centre, du Littoral, de l’Ouest, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ;

- la fermeture, jusqu’à nouvel ordre, de toutes les armureries ouvertes dans lesdites régions ;

- l’inventaire exhaustif des stocks d’armes et de munitions disponibles à date dans les armureries, ainsi que des diverses commandes en cours ou en instance.

Le ministre de l’Administration territoriale invite par ailleurs tous les détenteurs d’armes à feu modernes ou de fabrication artisanale ne disposant pas d’autorisation, à les déposer impérativement  dans un délai maximum de trente (30) jours suivant la publication de ce communiqué,  auprès de l’autorité administrative territorialement compétente (sous-préfet, préfet), contre décharge.

Par ailleurs, eu égard à la multitude de fausses autorisations d’achat et de port d’armes  en circulation, les détenteurs d’armes ayant obtenu une autorisation de quelque nature que ce soit, devront se faire identifier à nouveau auprès des autorités administratives  territorialement  compétentes (gouverneurs, préfets, sous-préfets).

Les contrevenants  aux mesures ainsi prescrites s’exposent  aux sanctions  administratives et pénales prévues par  la législation en vigueur.
Le ministre de l’Administration territoriale compte sur la compréhension et la collaboration de tous pour le succès de cette opération qui vise à garantir le bon ordre et la sécurité des personnes et des biens, sur l’ensemble du territoire national.»

Yaoundé, le 4 avril 2018

Le ministre de l’Administration territoriale

P. ATANGA NJI