Cameroun: La télévision nationale transformée en salle de classe, les bons et les mauvais points.

News
Typography

L’une des premières conséquences de l’entrée du Corona virus au Cameroun a été la fermeture des écoles sur l’ensemble du territoire et par ricochet le renvoi des élèves aux répétitions à domicile.

Lundi 06 avril 2020 les téléspectateurs de la chaîne nationale ont été agréablement surpris de voir à travers leur petit écran des cours dispensés par des maîtresses à l’adresse de leurs jeunes apprenants qui ont été arrachés au train-train quotidien des journées scolaires et ont ainsi accusé un retard considérable causé par la pandémie du COVID-19.

Il semble évident que si les enfants ne peuvent pas aller à l’école suivre leurs cours, c’est l’école qui viendra vers eux via la télévision et via internet.
L’initiative prise par la CRTV en collaboration avec le corps enseignant est louable et à encourager. Il ressort de celle-ci qu’il existe des enseignantes volontaires et disposées à donner leur temps pour maintenir à niveau l’intellect des tous petits. D’autre part, nous avons une chaîne de télévision qui s’implique à être un canal dont se servent les enseignants. Nous sommes par ailleurs tentés de nous interroger sur la position des ministères des enseignements secondaires et supérieurs qui gagneraient à rejoindre la dynamique afin de mieux organiser et de rendre plus productive l’idée de dispenser des cours à travers les TIC.

Pourquoi ne pas improviser une chaîne de télévision dont la mission exclusive serait de dispenser des cours théoriques avec des horaires bien précises ? En effet, si on veut dispenser des cours il serait bon d’inclure tous les enseignements avec la pédagogie correspondant à chaque niveau d’enseignement. Par exemple:

scinder les cours en trois groupes : le primaire, le secondaire et les classes d’examen.

Elaborer des fiches permettant aux élèves de réviser et d’être à jour par rapport au programme arrêté par les différents ministères d’enseignement.

Etant donné que toutes les activités sportives ont été arrêtées, l’actuelle CRTV SPORT pourra céder temporairement la place à CRTV SCHOOL ; ainsi les enseignants vont se relayer devant la caméra pour le grand bonheur des parents. Même s’il reste une préoccupation importante qui est celle de la procédure à adopter pour l’effectivité des examens scolaires nationaux. Certaines langues se sont déliées et ont proposé l’annulation pure et simple de ceux-ci. En attendant la position de l’instance habilitée à se prononcer à ce sujet, il est du devoir des enseignants et des parents de maintenir la routine scolaire à la maison. Nous ne pouvons qu’encourager la CRTV dans cette initiative.


 RENEE MBOULA